Presidential Lectures: Hélène Cixous: Essays: Mudimbe-Boyi
Stanford Presidential Lectures and Symposia in the Humanities and Arts

Lecturers || Hélène Cixous Home || Hélène Cixous: Commentary





"Force poétique et rigueur de la pensée"


By Elisabeth Mudimbe-Boyi *

Il est difficile de placer l'oeuvre d' Hélène Cixous dans une catégorie particulière. Auteur prolifique, elle a pratiqué le roman, le théâtre, la critique littéraire aussi bien que l'essai. Fondatrice en 1976 et Directice du Centre d'Etudes Féminines --chose rare en France -- elle est considérée en France, au Québec et dans le monde anglo-saxon comme une des grandes théoriciennes du féminisme. On ne peut cependant enfermer l'oeuvre de Cixous dans le féminisme ou la réduire à un engagement dans une seule direction théorique. Au delà de ce qu'elle a appelé "l'écriture féminine", il s'agit davantage d' une valorisation du corps comme médiation à l'écriture: une corporéité qui ne coïncide pas nécessairement avec un sexe biologique, mais plutôt avec une certaine manière d'écrire.

La variété des genres pratiqués par Cixous illustre son désir de rompre avec les distinctions et la séparation entre les différents genres. Les oeuvres d'imagination ne sont pas coupées des écrits théoriques, mais au contraire, sont en dialogue avec eux. Les publications de Cixous portent incontestablement la marque d'une profonde culture humaniste inscrite, par exemple, dans les références mythologiques, littéraires classiques et modernes. Son oeuvre littéraire et ses ouvrages théoriques manifestent une variété de ton où se rencontrent harmonieusement force poétique et rigueur de la pensée. A la fois poétique et politique, elle explore de nouveaux modes d'écriture, véhicule des interrogations et des remises en question: dénonciation des structures patriachales, critique de certains régimes politiques, refus des oppositions binaires réductrices.

L'oeuvre de Cixous n'est pas seulement création romanesque ou théâtrale, analyse critique ou élaboration théorique. Elle se veut également comme un regard intérieur de l'auteur sur elle-même et ses problèmes existentiels: sa situation et sa place dans une histoire nationale, mais aussi familiale. La Jeune née, La Venue à l'écriture, et plus récemment Photos de racines, contiennent une dimension autobiographique qui constituent une interrogation et une réflexion sur les thèmes de la mémoire et d'une identité plurielle, sur la question de l'exil et de la langue. Ainsi écrivait-elle 1

I was born in Algeria, and my ancestors lived in Spain, Morocco, Austria, Hungary, Czechoslovakia, Germany; my brothers by birth are Arabs. So where are we in History? (...) What is my name? I want to change life. Who is this "I"? Where is my place? (...) Which language is mine? French? German? Arabic?



1 dans The Newly Born Woman, Minneapolis: University of Minnesota Press, 1986, p. 71
HQ1208.C5913



* Elisabeth Mudimbe-Boyi is an Associate Professor, Department of French and Italian, Stanford University, and has written extensively on French African and Caribbean literature.

© 1998, Elisabeth Mudimbe-Boyi


DISCUSSION || CALENDAR || LECTURERS || SYMPOSIA || HUMANITIES AT STANFORD

Top of Page || Home || Stanford University Libraries || Stanford University